Toyen

1902 - 1980

,

Marie Cerminova étudie l’art à Prague. De sa rencontre avec l’artiste Styrsky naît le groupe avant-gardiste tchèque Devetsil.
A Paris, ils travaillent avec les surréalistes Breton et Eluard qu’ils inviteront, en 1935, pour la création du groupe surréaliste tchèque. L’artiste adopte le pseudonyme Toyen, tiré du mot « citoyen ». L’occupation nazie contraint Toyen à la clandestinité. En 1947, elle s’installe à Paris.

Après une période artificialiste (entre abstraction et surréalisme), une brève exploration du cubisme, Toyen se consacre au surréalisme collaborant avec Breton, Eluard, Péret, Heisler. Convaincue que la sexualité épanouie est un acte révolutionnaire, elle réalise des dessins érotiques pleins d’humour et des compositions poétiques oniriques.

Durant la guerre, elle exécute trois cycles de dessins pour dénoncer l’horreur bestiale qui menace la planète dans un style précis, simple et glacial. Les liens entre nature et besoins humains avaient suscité dans son imaginaire un monde fantastique, cette guerre réunit réalité et imaginaire tant la réalité relève de l’inconcevable.

Sa notoriété est internationale : les expositions se succèdent. Le musée d’Art moderne de Saint-Etienne organise une rétrospective en 2002. Toyen repose au cimetière des Batignolles à Paris.

Quelques œuvres