Isabelle Waldberg

1911 - 1990


Fille d’un agriculteur et nièce d’un forgeron qu’elle observe avec admiration, Isabelle Farner quitte sa Suisse natale pour étudier la sculpture dans diverses académies parisiennes. Elle épouse le critique d’art Patrick Waldberg, ils ont un fils. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le couple s’exile à New York où elle entame sa carrière artistique, soutenue par les surréalistes réfugiés, Duchamp et Breton, et un fervent admirateur, le critique Robert Lebel.

On peut distinguer quatre périodes dans sa carrière de sculptrice : des constructions murales ou suspendues en fil de fer ou de hêtre, elle passe aux oeuvres en plâtre, puis compose des objets en plâtre platiné et liège, acier et plexiglas, et enfin explore la sculpture en bronze. Elle délaisse les formes géométriques au profit de compositions plus élaborées, plus colorées dont la mise en scène crée un univers subtil.

Waldberg s’inscrit dans le courant d’après-guerre qui offre un nouveau développement au surréalisme. En 1960, le musée d’Art Moderne de Paris lui achète Babylone, de nombreuses expositions lui rendent hommage et le prix Antoine Bourdelle lui est remis en 1961.

Quelques œuvres