Claude Cahun

Lucie Schwob naît à Nantes en 1894 (elle prend le pseudonyme de Claude Cahun en 1917) ; elle gagne Paris avec sa compagne, Suzanne Malherbe (Moore). Cahun écrit des articles, des livres, un essai autobiographique, illustre des livres, vend des photos aux magazines et travaille pour le théâtre. Elle fréquente Desnos, Michaux et d’autres écrivains en vogue, puis s’associe au groupe des surréalistes. Installée sur l’île de Jersey en 1940, Cahun participe à la Résistance : condamnée à mort par les Allemands, elle échappe par miracle à la mort.

Polyvalente et indépendante, Cahun est peu admirée par ses contemporains d’autant plus qu’une partie de son travail est détruite lors de son arrestation. Son ?uvre photographique consiste essentiellement en une quête autobiographique où l’on retrouve son goût de la mise en scène et de la métamorphose ; elle tente de créer un « troisième genre », ni homme, ni femme. Cahun photographie aussi ses amis, dans un style poétique, et réalise des photomontages. A partir de 1992, les grands musées américains et anglais lui consacrent d’importantes rétrospectives; le musée parisien du Jeu de Paume réunit un remarquable ensemble d’oeuvres majeures en 2011. L’artiste repose au cimetière de Saint-Brélade à Jersey.

Lucie Schwob naît à Nantes en 1894 (elle prend le pseudonyme de Claude Cahun en 1917) ; elle gagne Paris avec sa compagne, Suzanne Malherbe (Moore). Cahun écrit des articles, des livres, un essai autobiographique, illustre des livres, vend des photos aux magazines et travaille pour le théâtre. Elle fréquente Desnos, Michaux et d’autres écrivains en vogue, puis s’associe au groupe des surréalistes. Installée sur l’île de Jersey en 1940, Cahun participe à la Résistance : condamnée à mort par les Allemands, elle échappe par miracle à la mort.

Polyvalente et indépendante, Cahun est peu admirée par ses contemporains d’autant plus qu’une partie de son travail est détruite lors de son arrestation. Son ?uvre photographique consiste essentiellement en une quête autobiographique où l’on retrouve son goût de la mise en scène et de la métamorphose ; elle tente de créer un « troisième genre », ni homme, ni femme. Cahun photographie aussi ses amis, dans un style poétique, et réalise des photomontages. A partir de 1992, les grands musées américains et anglais lui consacrent d’importantes rétrospectives; le musée parisien du Jeu de Paume réunit un remarquable ensemble d’oeuvres majeures en 2011. L’artiste repose au cimetière de Saint-Brélade à Jersey.

Quelques oeuvres
Actualités

Événements HF
Consultez ici les événements HF. Ce texte est modifiable par vos soins. Il est une présentation de ce que l'utilisateur trouvera sur cette page