Marie Guillet Cazin

1844 - 1924

,

La jeune Marie Guillet Cazin étudie la peinture avec Juliette Peyrol-Bonheur, puis avec Jean-Charles Cazin, son futur époux. Elle entreprend d’abord une carrière de  peintre et de graveuse avant de se lancer, avec autant de succès, dans la sculpture.

Son ?uvre est étroitement lié aux événements sociaux du XIXe siècle – un enseignement pour tous, le droit de vote des femmes- et s’inscrit dans le courant symboliste. Cazin peint des portraits et des paysages d’où émane une sorte de spleen ; elle sculpte des figures, souvent féminines, qui expriment leurs émotions et leurs sentiments. Redon considérait « la sculpture de Cazin comme la résurrection d’un rêve intérieur ». Elle réalise également quelques monuments funéraires. L’artiste expose au Salon de Paris, à la Royal Academy de Londres et gagne des médailles aux Expositions universelles de 1889 et 1900, à Paris. Elle est choisie pour siéger au jury de la Société Nationale des Beaux-Arts.

Quelques oeuvres
Actualités