Charlotte Besnard

1855 - 1930


Charlotte est la fille du sculpteur parisien G.-V. Dubray. Son père lui transmet sa passion et Charlotte prend des cours particuliers jusqu’au Salon de 1869 où elle expose son premier buste en terre cuite. Les événements de 1870-71 contraignent la famille à s’exiler en Italie puis en Angleterre. En 1879, elle épouse le peintre Albert Besnard.

Terre cuite, bronze platiné ou grès polychrome : avec tous ces matériaux, Besnard donne vie à ses modèles, généralement des aristocrates français et anglais, ainsi que leurs enfants. Elle remporte un franc succès avec le buste – conçu à mi-corps, comme en Italie – de l’explorateur -journaliste Henry Morton Stanley, aventurier admiré par tous les Anglais. Le buste de Mme Aman-Jean séduit également beaucoup par la délicatesse de la pose –tête du modèle posée sur sa propre épaule – et son expression bien pensive. Besnard expose dans maints salons qui se tiennent à Londres, à Paris et en Belgique ; certaines œuvres se trouvent à la Royal Academy et au musée d’Orsay.

Charlotte est la fille du sculpteur parisien G.-V. Dubray. Son père lui transmet sa passion et Charlotte prend des cours particuliers jusqu’au Salon de 1869 où elle expose son premier buste en terre cuite. Les événements de 1870-71 contraignent la famille à s’exiler en Italie puis en Angleterre. En 1879, elle épouse le peintre Albert Besnard.

Terre cuite, bronze platiné ou grès polychrome : avec tous ces matériaux, Besnard donne vie à ses modèles, généralement des aristocrates français et anglais, ainsi que leurs enfants. Elle remporte un franc succès avec le buste – conçu à mi-corps, comme en Italie – de l’explorateur -journaliste Henry Morton Stanley, aventurier admiré par tous les Anglais. Le buste de Mme Aman-Jean séduit également beaucoup par la délicatesse de la pose –tête du modèle posée sur sa propre épaule – et son expression bien pensive. Besnard expose dans maints salons qui se tiennent à Londres, à Paris et en Belgique ; certaines œuvres se trouvent à la Royal Academy et au musée d’Orsay.

Quelques oeuvres
Actualités